MALI – Une menace pour l’avenir de l’Eglise au Mali : la prolongation du conflit

Agenzia Fides , le 19 janvier 2013 à 15:20  

Bamako (Agence Fides) – « La population se terre et ne peut sortir. Tant que ne seront pas achevés les bombardements de l’aviation française et les combats au sol, personne n’est en mesure de savoir ce qui se passe » : tel est le témoignage rendu au Catholic News Service (CNS) par S. Exc. Mgr Augustin Traoré, Evêque de Ségou, ville qui se trouve à 140 Km environ de Diabali, la ville du Mali au centre des affrontements entre les troupes françaises et les rebelles djihadistes. Mgr Traoré, tout en affirmant que les relations entre chrétiens et musulmans « sont demeurées bonnes au niveau local » et n’ont pas été touchées par la guérilla islamiste, ajoute : « bien que toutes les églises soient intactes, les gens ont peur d’y entrer. Toute notre culture catholique est en danger si cette guerre devait durer longtemps ». En juillet dernier, dans une déclaration conjointe, la Conférence épiscopale du Mali et l’Association des églises protestantes avaient déploré les vols à main armée à l’encontre des familles chrétiennes et l’occupation d’églises de Tombouctou, Gao et d’autres villes du nord conquises par les rebelles djihadistes. (L. M.) (Agence Fides 19/01/2013)

Foyer d'étudiantes à Paris

Réagir